Lecture : "L'Homme de Kaboul" de Cédric Bannel

A l’occasion du départ des troupes américaines d’Afghanistan, j’ai relu « L’homme de Kaboul » de Cédric Bannel. Un roman policier efficace qui permet de découvrir un pays à l’histoire compliquée, avec nuances.


Quatrième de couverture :

Dans Kaboul ravagée par la violence et la corruption, Oussama Kandar, chef de la brigade criminelle, croit encore à l'intégrité, à un code de l'honneur désuet et aux vieilles amitiés. Mais la découverte en apparence banale d'un cadavre va tout changer. Il devient l'homme à abattre. Dans les palais d’État comme dans les ruelles des bazars, on l'épie, on le dénonce, on le traque au nom d'intérêts supérieurs. Oussama est précipité dans une course-poursuite aux confinas de l'Afghanistan. A ses trousses, des commandos assassins ; autour de lui, les talibans...



Le roman croise adroitement deux enquêtes menées en Afghanistan et en Suisse, évidemment contrecarrées par les vilains comploteurs, soldats de fortune et autres politiciens corrompus. Le lecteur est trimballé de Kaboul aux montagnes de l’Hindu kush, au nord, après avoir erré dans les zones tribales au sud de Kandahar...

L’intrigue, bien structurée, soutient efficacement le suspense. Le principal personnage, un officier de police afghan est intéressant, intelligent et courageux, mais bousculé dans ses convictions par sa femme téméraire. Le personnage de Nick, l’enquêteur suisse, est moins convaincant, mais peut-être parce qu’il subit plus qu’il ne mène les événements. Les relations humaines et les personnages secondaires ne sont pas très soignés. Quelques facilités narratives ou stylistiques qui fragilisent la crédibilité du récit (qui ne vise pas le réalisme implacable de Pukhtu de DOA).

A noter enfin l’étonnant personnage du mollah Bakir, taliban instruit, cultivé, modéré et drôle, qui ne manque jamais de rappeler les relations ambiguës qu’entretenait le régime taliban avec les États-Unis, de 1995 à 2001, et qui rêve de revenir au pouvoir pour bâtir un Afghanistan appliquant une charia moderne, relativement tolérant et riche de l’extraction de matières premières de son sous-sol...


1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout